Envie de retourner en haut?

Tout va pour le mieux au pays des licornes

Déjà 7 mois que mes fils ne peuvent plus jouer ensemble à chaque jour. Déjà 7 mois que je suis dans le monde des démons et des anges…cette fois j’espère un changement et je m’y efforce jour après jour.

Ma compatibilité avec cette nouvelle vie, ce nouveau mode de vie ne me convient pas. Le vide n’est pas pour moi.

Je suis maintenant un rédacteur de l’ombre, du mal être et de la réduction.
Délivre-moi du mal au nom de mes fils, au nom du père qui sommeil en moi, étrangle-moi sur le champ, de toute façon je n’ai plus d’air.

Ai-je perdu la raison ou la raison m’a fait perdre mes moyens ? Cette pandémie m’a fait tomber dans les bas-fonds de l’humanité, là ou personne ne va, là ou personne ne s’en sort réellement…et ce, même avec notre allié du champ de bataille nommé le temps. Plus les temps passent et plus l’horloge m’assomme de son putain de « TIC TOC, TIC TOC » …Le réverbère de ce tic TOC me trotte dans la tête au point que je joue sur ma tête…et c’est rendu un TOC…je gratte sans cesse sans relâche, je ne lâche pas prise comme si cet action comblait le vide de toutes mes inactions.

Me rappelant surtout que je n’ai aucune interaction avec qui que se soi depuis maintenant 7 mois. J’ai tant vécu d’événements qui m’auront appris de la vie, que je constate que depuis 7 mois je ne vie pas.
Moi qui était asocial, moi qui c’étais confiné avant le temps, pour ne pas dire 3 ans avant cette pandémie qui vole parfois des vies, et qui fait perdre la raison à de plus en plus de gens.
L’humain est un être social et l’humanité en dépend. Quand l’humain pourra redevenir humain, quand pourrais-je enfin un jour tenir une main qui n’est pas de mon sang et qui n’est pas celle de mes enfants ?

L’interrogation, l’intériorisation, la prise de décisions sont maintenant une forme de perfusion dans ma vie et cela me permet de me maintenir maintenant bien vivant sans même vivre la vie…

Constat désolé et j’en suis bien désolé, mais sans dualité humaine je perd la raison de ce combat que je mène à la fois contre moi et pour moi dans l’amour de la vie.

Moi qui voyait au départ cette pandémie comme un événement qui permettrait à bien des gens de devenir bien, de sortir de l’exclusion sociale car habituellement dans des événements comme celui-ci les gens tendent la main et apprennent à s’aider et à s’aimer malgré leur normale adversité. Ce qui me semblait bénéfique pour l’ensemble, au lieu de renforcer les liens avec les autres, de prendre contact avec tact pour garder la raison, la seule raison valable maintenant est nommé le confinement…

Comment sortir de l’isolement quand les gens sont à la fois confinés et apeurés par un virus, un micro-organisme ? Comment tenir une main à deux mètres de distance et de pouvoir se sentir épaulé dans le réel et concret ou encore en socialisant virtuellement ou nous somme libre de consommer les gens et de choisir leur péremption en fonction de leurs interventions dans nos communications.

La campagne de peur est maintenant bien installée par les médias de cette société et pour reprendre un certain contrôle de la situation, nous socialisons maintenant via sur les médias sociaux…
Nous ne sommes plus libre de rencontrer, de se divertir, de prendre un café attablé…mais en même temps on nous demande d’aller travailler là ou nous croiseront encore plus de gens que si nous nous permettions de prévoir un rancart en toute simplicité avec une personne, qui comme nous, voudrait tant que l’on puisse y tenir la main et redonner une certaine forme d’amusement à ce que nous appelons maintenant la vie en temps de pandémie….

Author avatar
Mario Maranda
https://www.mariomaranda.com
Papa de deux, ancien entrepreneur, asocial par procuration. je recherche maintenant une douce confrontation afin de me commettre à me laisser aller et vivre socialement avec vous (si le chapeau te fait tant mieux pour nous!!!) On gagne à connaître celui que je suis maintenant :) Et je ne regrette pas celui que j'étais avant!