Envie de retourner en haut?

Conscientiser les organismes d’aide aux maladies mentales de leur clientèle

Je ne cible aucun organisme personnellement, mais est-ce normal qu’un organisme se serve de la Covid pour ne pas respecter son propre programme? Voir à diminuer ces heures au maximum? Qu’un 28 heures environs par semaine soit abaissé à 3 heures par semaine?

Est-ce normal d’exprimer son insatisfaction en lien avec le programme offert par cet organisme qui n’est pas respecté pour cause de la Covid? Avons-nous le droit « en tant que clientèle » des services offerts par cet organisme de demander plus, de s’attendre à plus et de demander qu’on puisse prolonger ou revoir le « programme » dans sa forme, dans son contenu et dans son approche ?

De faire le choix de débuter un tel programme en temps de pandémie est à la fois une source de réconfort pour ceux qui s’attendent à obtenir de l’aide, mais d’un autre côté quand l’organisme semble le faire que par désir de rendement au détriment de la qualité ou encore de sa clientèle…je m’interroge grandement sur le bienfondé de cet organisme.

Survolons grossièrement les différentes étapes de ce programme:

Bilan personnel et professionnel (7 semaines) 

(à une fréquence de 2 réunions virtuelles d’une durée variable de 1h à 2h pour un total de 3h à 3h30 par semaine)

Lors d’ateliers animés par deux intervenants et avec l’appui de vos pairs, vous aurez l’opportunité de faire le bilan de vos forces et de vos compétences en vue de la réalisation de votre projet d’emploi.

Le bilan personnel et professionnel comprend :

  • Une rétrospective de votre parcours personnel et professionnel (très sommaire et très vite survolé)
  • Des outils pour une meilleure connaissance de soi (je suis minimalement d’accord avec cet énoncé)
  • Des ateliers thématiques portant sur la communication, l’affirmation, la gestion du stress, la résolution de conflits, etc.
    (je n’ai rien eu de tel, outre de simples échanges très brefs…durant une pandémie sans précédent)
  • La précision de votre projet de stage
  • Une démarche portée par la dynamique du groupe
    (Nous n’avons pas pu connaître la dynamique du groupe, puisque nous sommes entrée dans les locaux juste avant la recherche de stage)

Recherche d’un stage (4 semaines) 

(16 heures de présentiel dans les locaux de l’organisme)

Durant cette période, vous devrez trouver le milieu (marché de l’emploi standard) dans lequel effectuer votre stage et préciser les objectifs que vous désirez atteindre.

La recherche d’un stage comprend :

  • Des démarches auprès des employeurs
  • Des visites en entreprise avec votre intervenant
  • L’accès à différents répertoires et à une banque de plus de 200 employeurs
    (la banque des employeurs n’est plus à jour depuis 2013 et ne peut pas être consulté par la clientèle….à cause de la Covid)
  • Le soutien du groupe et des intervenants
    (Je n’ai pas senti réellement de soutien de la part des intervenants puisqu’ils étaient dans leurs bureaux à l’exception des 10 premières minutes de la journée et des 10 dernières….je m’interroge ou est le “soutien” ici énuméré…)

Stage (4 semaines) 

(4 jours par semaine, non rémunéré)

Le stage vous permettra de mettre en application les objectifs préalablement déterminés dans un milieu professionnel que vous aurez vous-même choisi.

Le stage se déroulera de la façon suivante :

  • Trois Quatre jours de stage en entreprise
    (à l’exception d’une journée par 2 semaines, pour le bilan à la quinzaine)
  • Un bilan hebdomadaire aux 14 jours en groupe
  • Des ateliers thématiques : adaptation, interrelations, gestion des émotions, etc.
    (des points qui devraient êtres travaillés avant le stage ou la RDE et du retour en emploi)

Recherche d’un emploi (13 semaines) 

(à la 2e semaine de ce processus soit le 5 octobre 2020 à 10h20, l’intervenant m’a obligé de faire une entrevue simulée et filmée, sinon je devais quitter le programme, je mentionne obligé car de proposer une choix qui n’en est pas un, me semble plus être une obligation ou encore de nous donner l’impression d’avoir un choix, soit ne pas respecter nos valeurs et notre intégrité et faire ce que l’on nous demande sans tenir compte de notre état psychologique ou du soutien que l’on demande depuis le début, ou de quitter le programme car on exprime notre droit de refuser un acte ou une action pour lequel on nous force)

Vous ferez la révision des outils de recherche d’un emploi avant de vous lancer dans la recherche active, toujours avec le soutien des intervenants.

La recherche d’un emploi comprend :

  • La mise à jour des outils de recherche d’un emploi (curriculum vitae, lettres de présentation, entrevue)
    (J’ai débuté ce processus à la semaine #2 du stage car j’étais en procès la semaine avant…donc je ne pouvais pas prévoir un stage dans ces circonstances)
  • Des ateliers thématiques : choix d’un emploi, maintien en emploi, équilibre des sphères de sa vie, etc.
    (cette étape n’a pas été faite et ne m’as pas été offerte non plus)
  • Une recherche active d’un emploi
    (j’ai fait de la recherche individuelle “hors programme” en présentiel 2 jours par semaine et 2 jours depuis mon domicile)
  • Le soutien du groupe et des intervenants
    (le groupe ayant en parti quitté le programme, ou “éjecté” du programme, résultant de 4 personnes en stage et de 2 en recherche d’emploi (en individuel, sans soutien des intervenants…outre de nous imposer une entrevue simulé et filmée pour laquelle nous n’avions pas le droit de refuser autrement nous devions “prendre la porte”, ce que j’ai été confronté de faire par respect pour ma personne et en corrélation avec mon anxiété qui n’a pas été respectée ni écoutée par les intervenants de l’organisme)

Donc, j’ai pris soin d’annoter directement mes commentaires dans le référence ci-haut en jaune-fluo.
Surtout que cet organisme se vante de supporter la santé mentale, mais n’est pas outillé pour comprendre sa propre « clientèle » en temps de pandémie.

Lorsque les « intervenants » se permettent de juger « leur clientèle », d’apposer des étiquettes sur eux, d’avoir des approches réductrices envers ces personnes qui ont fait le choix de « demander de l’aide » en sachant qu’ils n’étaient pas bien…

De dire à une personne qui tente d’aider ses partenaires, que vous faites de l’interférence dans le groupe, d’aller jusqu’à vous dire que votre place n’est pas dans ce programme…démontre assurément qu’eux-mêmes ont toujours une stigmatisation élevée par rapport à leur clientèle.

De se donner un titre, une fonction, malgré qu’ils ne soient aucunement liés à votre poste au sein de l’organisme me fait maintenant frissonner. D’apprendre après coup que l’intervenant en charge de « votre réussite » se vends sur différents sites comme étant une personne sachant gérer les « personnalités difficiles » mais en étant le premier facteur de démotivation auprès d’un groupe…du moins de ma personne. Celle-ci étant la première personne à vous juger sans vous connaître, d’être à la fois inaccessible et instigateur de stigmatisation.

Mais étrangement, on se targue publiquement qu’on ne stigmatise pas la santé mentale et qu’on aide les gens:

Publication de l’organisme du 5 octobre 2020

De se permettre de sortir du programme une personne qui a besoin d’écoute et de réconfort, de compréhension et d’aide car ils ont décidé que cette personne ne cadrait pas avec eux.

Que cet organisme se permette de donner un choix à une autre personne qui n’est aucunement un choix, simplement pour faire en sorte que cette personne quitte de son gré le programme durant la « semaine de la sensibilisation aux maladies mentales » démontre un grand manque de compassion, démontre une forme d’incompréhension par rapport à la maladie mentale.

Sur un groupe de 10 personnes, il n’en reste maintenant que 5, démontrant aisément que cette « cohorte » à de quoi qui n’a pas fonctionnée pour différentes raisons (bon okay…un taux de réussite possible de ± 50 %…probablement à cause de la Covid puisque cette défaite semble être la panacée de 2020).

Mais par chance, notre bon gouvernement continu de soutenir un organisme comme celui-ci en leur permettant maintenant de bonifier l’offre et d’ajouter des semaines supplémentaires à leur programme passant de 28 à 36 semaines.

Nous avons été le premier groupe « test » en temps de pandémie.
Malgré les différentes demandes formulées afin de prolonger ou de nous permettre de reprendre le programme depuis le début ni le ministère de l’emploi, ni l’organisme, n’auront répondu favorablement à ce type de requête MAIS se permettent maintenant de bonifier l’offre pour leurs nouveaux groupes ou plutôt devrais-je dire « cohortes », excusez-moi!!!

Est-ce un vice de procédures ou simplement un acte de mauvaise foi ?

Le 28 septembre dernier, deux de nous avons reçu deux documents à signer par courriel:

tiré dudit courriel reçu

Voici maintenant l’intégralité du courriel avec certaines portions caviardées pour fin de confidentialité de l’organisme et des intervenants:

correspondance reçue le lundi 2020-09-28 à 11:45

Je met l’emphase sur le document intitulé “Engagement RDE Hors-Programme.docx
Voici une copie dudit document que nous devions signer:

Engagement RDE Hors-Programme.docx

Donc, qu’est-ce que le fameux Hors Programme exactement ?
Voici donc le descriptif du “Hors Programme” tel que présenté dans le rapport annuel de 2018-2019 de l’organisme:

Le service de recherche d’emploi hors-programme s’adresse aux personnes qui ont
terminé le programme
 et qui désirent poursuivre leur recherche chez [l’organisme]
afin de bénéficier du soutien des intervenants et du groupe. Cet aide est
également proposé aux participants des groupes antérieurs ayant terminé le programme
et qui reviennent suite à une fin d’emploi ou qui souhaitent se remettre en action,
leur permettant ainsi de poursuivre ou de reprendre leur démarche de recherche
d’emploi, et ce malgré le fait qu’ils aient complété le programme depuis plus d’un
an.

Source: le Rapport annuel 2018-2019 de [l’organisme]

Par contre, la date de fin prévue du programme étant du 26 novembre 2020.
Donc avons-nous terminé le programme?
Avions-nous à signer ces documents avant la fin dudit programme???

Author avatar
Mario Maranda
https://www.mariomaranda.com
Papa de deux, ancien entrepreneur, asocial par procuration. je recherche maintenant une douce confrontation afin de me commettre à me laisser aller et vivre socialement avec vous (si le chapeau te fait tant mieux pour nous!!!) On gagne à connaître celui que je suis maintenant :) Et je ne regrette pas celui que j'étais avant!